Surmonter le mal du pays

Le mal du pays, mal universel. Les psychologues l’appellent « angoisse de séparation » et peu de gens sont immunisés contre ce mal. Le jeune enfant qui va au jardin d’enfance le ressent, tout comme l’homme d’affaires qui débute dans un nouveau poste. Voici quelques conseils qui vous aideront à le surmonter, maintenant et plus tard.

  1. Admettez que vous en souffrez. Beaucoup de vos connaissances et ce à quoi vous vous fiez sont chez vous. Le mal du pays est une réponse naturelle à ce sentiment de perte.

  2. Parlez-en à un frère ou une sœur plus âgés qui ont déjà quitté la maison. Accepter le fait que quelque chose vous dérange et l’affronter demande de la force.

  3. Apportez des objets familiers de la maison à votre nouvel endroit de résidence. Photos, plantes, même des toutous aident à prodiguer un certain sentiment de continuité et atténuer le choc d’un environnement nouveau.

  4. Familiarisez-vous avec votre nouvel environnement. Promenez-vous à pied. Vous vous sentirez plus maître de la situation si vous savez où sont les édifices, les cours et les services.

  5. Invitez d’autres gens à explorer. Se faire des amis est une étape importante pour calmer le mal du pays.

  6. Gardez le contact avec les gens de chez vous, mais limitez les appels téléphoniques. Faites-leur plutôt des rapports écrits de vos activités et de vos nouvelles expériences. Faites-leur savoir que vous aimeriez aussi avoir de leurs nouvelles.

  7. Prévoyez la date d’une visite à la maison et faites les arrangements voulus. Cela aide souvent les retours sous l’impulsion du moment et entretient votre concentration sur vos buts en restant.

  8. Examinez vos attentes. Nous aimerions tous être populaires, bien mis, bien organisés, bien adaptés. Eh bien, ce n’est pas le cas. Viser la perfection est la meilleure façon de générer des problèmes pour soi-même. Riez de vos erreurs, vous apprenez.

  9. Recherchez les occasions. Autant tous ces gens, tous ces cours et ces édifices, ces voix, tous ces choix peuvent-ils vous effrayer, autant tout cela vous fournit-il l’occasion de rencontrer des gens qui aiment ce que vous aimez. Suivez des cours qui vous intéressent et participez à votre activité favorite ou faites l’essai de quelque chose de neuf.

  10. Faites quelque chose. N’attendez pas que ça parte tout seul. Les problèmes enfouis émergent souvent plus tard, déguisés en maux de tête, fatigue, maladie ou démotivation.

Source : University of Wisconsin – Eau Claire Counselling Services